Blog santé : les dernières actualités santé

Albumine humaine à long terme chez le cirrhotique : une piste intéressante

La cirrhose, dont le diagnostic de certitude est histologique, est une affection chronique du foie, fréquente en France. Cette affection associe des signes d’insuffisance hépato-cellulaire (angiomes stellaires, érythrose palmaire, diminution de l’albumine, etc,) et d’hypertension portale (ascite, circulation veineuse collatérale, splénomégalie). Le pronostic des patients atteints de cirrhose au stade décompensé (stade d’apparition des complications) est d’environ deux ans de survie avec de nombreuses hospitalisations au préalable.


La perfusion chronique d’albumine humaine dans les décompensations ascitiques, sujet débattu depuis des décennies, pourrait améliorer la qualité de vie de ces patients en diminuant la morbi-mortalité.
Dans l’étude ANSWER, publiée le 31 mai 2018 dans The Lancet, les auteurs se sont donc intéressés à l’ajout au traitement habituel (diurétiques, notamment) d’une perfusion d’albumine pendant dix-huit mois.

Dans le cadre cet essai avec répartition au hasard, mené dans trente-trois centres en Italie entre 2011 et 2015, les patients ont été recrutés s’ils présentaient une cirrhose avec une décompensation ascitique stable non compliquée, traitée de manière chronique par des diurétiques (anti-aldostérone et furosémide). Ces participants étaient sériés en deux groupes : un premier groupe de 220 patients qui ont reçu le traitement habituel et un second groupe, de 220 patients également, pris en charge par le traitement habituel et par une perfusion de 40 grammes d’albumine humaine, deux fois par semaine pendant deux semaines, puis une fois par semaine pendant dix-huit mois.
Le critère de jugement principal a été la mortalité toutes causes confondues au 18e mois.

Un taux de mortalité inférieur à 18 mois en cas de perfusions d’albumine associées au traitement diurétique

Les résultats de cette étude ont montré un ratio de mortalité à dix-huit mois dans le groupe albumine inférieur à celui du groupe traitement conventionnel (0,27 mort par personne versus 0,44, soit un risque relatif de 0,61 ; intervalle de confiance à 95 % : 0,39-0,96 ; p = 0,027).
Une des limites majeures de cette étude est l’absence de double insu ; les auteurs ayant jugé que le maintien de l’aveugle n’était pas éthique dans le cadre de cet essai en l’absence de placebo (en effet, une administration hebdomadaire d’un soluté quel qu’il soit n’est pas anecdotique chez ces patients en décompensation).

En raison de la complexité de la physiopathologie de la cirrhose et des effets multiples de l’albumine, les résultats des études concernant ce sujet sont toujours très débattus. L’étude ANSWER concerne un problème de santé publique et elle propose une solution indiscutablement intéressante.

Dr Paul DESFORGES
http://www.mediamed.org

Source :

Caraceni P, et al, for the ANSWER Study Investigators. Long-term albumin in decompensated cirrhosis (ANSWER) an open-label randomised trial. Lancet. 2018 Jun 16;391(10138):2417-2429. doi: 10.1016/S0140-6736(18)30840-7.


Nos partenaires et institutions: