Blog santé : les dernières actualités santé

Cancer : une médecine personnalisée traiterait mieux les patients

La thérapie génique (ou génothérapie) ciblée est très prometteuse pour le traitement futur des Cancers. Une étape cruciale dans cette thérapie est l'identification exacte des gènes « candidats » et des voies appropriées pour le traitement ciblé de chaque patient. Dans cette volonté des chercheurs viennent de révéler les résultats d’une étude qui risque de motiver la poursuite des traitements ciblés.

 Publiés dans la revue médicale Pancreas, les résultats de l’étude indiquent que l’approche du traitement du cancer devrait se baser sur un traitement au cas par cas, sans utiliser les gènes et les voies les plus souvent perturbés chez les patients. Cette étude fait valoir l'importance de la médecine personnalisée, où chaque personne est traitée par la recherche individuelle de l'étiologie de sa maladie, en améliorant ainsi « la qualité de vie du malade, d’éviter de prescrire des médicaments inadaptés et de réduire les pathologies iatrogènes (provoquées par le traitement), d’augmenter la probabilité de guérison par une médecine "à la carte" ».

Une recherche sur le cancer du pancréas ouvre de nouvelles portes à tous les cancers

Consistant à « personnaliser un traitement en fonction des caractéristiques spécifiques du malade et de sa pathologie », le ciblage thérapeutique fait partie des techniques de médecines en devenir. De telle sorte que cette nouvelle étude américaine vient insister sur l’importance de poursuivre une démarche au champ encore trop réduit, et principalement appliquée en France « dans le cadre de la mise en œuvre des expérimentations « personnes âgées en risque de perte d’autonomie » (PAERPA) ».

Une nouvelle approche prometteuse…

Publiée le 11 Février 2014 dans la revue médicale Pancreas, l'étude a révélé qu’il n’existe que peu, voire aucun, « chevauchement » ou similarité dans le dysfonctionnement génétique le plus important associé à la maladie de chaque patient. Les dysfonctionnements partagés dans les groupes de patients atteints de cancer semblent suffisamment faibles pour que la médecine devienne plus personnalisée. « Cette étude sur la médecine personnalisée apporte des résultats qui ont des répercussions sur la façon dont nous pourrions mieux optimiser les traitements du cancer. Nous entrons concrètement dans l'ère de la thérapie génique ciblée », expliquent les auteurs.

Dans l'étude, les chercheurs ont recueilli des échantillons de tissus normaux de quatre patients atteints de cancer du pancréas, et des données analysées également de huit autres patients atteints de cancer du pancréas qui avaient déjà été rapportés dans la littérature scientifique par un groupe de recherche indépendant.

L'équipe de chercheurs a compilé une liste des gènes les plus exprimés dans les tissus cancéreux isolés des patients par rapport à un tissu pancréatique normal. L'étude a révélé que collectivement 287 gènes ont affiché des différences significatives de l'expression dans les cancers par rapport à des tissus normaux. Vingt-deux voies cellulaires sont enrichies dans les échantillons de cancer, avec plus de la moitié liée à la réponse immunitaire de l'organisme. Les chercheurs ont effectué des analyses statistiques pour déterminer si les gènes anormaux les plus significatifs étaient exprimés dans l'ensemble du groupe de patients. Ils ont constaté que le profil moléculaire de chaque patient atteint de cancer est unique en matière de gènes et dans les voies fortement perturbées. Les chercheurs ont découvert que certains gènes qui ont été perturbés sont courant pour la majorité des patients examinés, ces gènes ne sont pas parmi les plus fortement perturbés, et « il semble y avoir beaucoup d'individualité en termes de base moléculaire du cancer du pancréas »,  indique l’étude.

Bien que l'étude soit réalisée sur un petit échantillon, elle soulève des questions sur la validité de repérer le gène le plus important ou la voie sous-jacente d'une maladie par la mise en commun des données de plusieurs patients. Les auteurs privilégient donc un profil individuel comme la méthode préférée pour l'initiation du traitement.

Le coût d'une analyse de profilage moléculaire, qui permet de transcrire les séquences d'ADN d’un patient, devient moins onéreux. De la sorte, le profilage moléculaire personnalisé sera effectué sur plus de patients atteints de cancer dans un avenir proche.

La prochaine étape pour cette équipe de recherche est d’initier des travaux afin de voir si cette tendance d'individualité est répétée dans des études plus vastes et chez les patients avec différents cancers. Le groupe travaille actuellement sur une analyse de profilage génomique des patients atteints de cancers de l'ovaire et du poumon. Cette étude témoigne donc d’un espoir dans l’avenir des traitements des cancers, en prenant chaque patient comme un cas individuel, ce qui devrait améliorer les prises en charge, le pourcentage de guérison et sans doute alléger les dépenses de santé.

Enjeux de santé publique, économiques, éthiques et sociaux, la médecine personnalisée et les innovations biomédicales ne sont plus qu’une simple tendance, mais une réalité qui devrait permettre de mieux répondre au vieillissement des populations. Une thématique à suivre de près.

Sources

Nos partenaires et institutions: