Blog santé : les dernières actualités santé

Permis de conduire : 77% des français favorables à une visite médicale dès 65 ans

Alors qu’une visite médicale régulière est nécessaire dans certains pays pour les conducteurs de véhicule automobile, les Français se posent des questions sur la nécessité de devoir se rendre en consultation dès lors qu’un conducteur passe un certain âge. C’est ce que rapporte une étude de l'Ifop (Institut Français d'Opinion Publique) dans le cadre d’un sondage réalisé en Août 2013 par l’assureur MMA et le Reader's Digest. Le résultat annonce la couleur : 77% des Français considèrent qu’une personne âgée conductrice devrait se voir dans l’obligation de passer une visite médicale, dès l’âge de 65 ans.

C’est un fait, le vieillissement est une phase de notre vie qui peut ralentir et altérer certaines facultés nécessaires à la conduite. La qualité de la vue, de l’ouïe, et des réflexes psychomoteurs sont indispensables pour une bonne conduite et ne pas mettre sa vie et celle des autres en danger.

Vieillir ou conduire, faut-il choisir ?

Les humains vivent plus longtemps et les avancées de la Recherche permettent au plus grand nombre de vivre dans des conditions encore inimaginables hier. De la prothèse partielle ou totale au traitement contre le cancer en passant par des affections bénignes, nombreux patients peuvent continuer à vivre presque normalement, même après une étape de vie entamée par la maladie ou l’accident. Le déplacement physique et la conduite d’un véhicule motorisé font partie des capacités qu’ont certains patients et qu’ils souhaitent préserver pour garantir leur autonomie. Seulement, certains effets du vieillissement sont classés au registre du risque dès qu’il s’agit de se déplacer en véhicule.

Il n’est pas rare d’apprendre aux actualités qu’une personne âgée s’est retrouvée à prendre une autoroute à contre-sens. Heureusement, les conséquences ne sont pas toujours dramatiques. Bien que de nombreuses personnes âgées soient de « bons élèves » aux yeux des assureurs et des responsables de l’ordre, une personne âgée ne peut plus se fier qu’à son expérience et sa rigueur - même si l'aire du Bien vieillir se développe. L’évolution du nombre d’automobilistes et des comportements des conducteurs a littéralement modifié le paysage autoroutier et demande parfois une très grande concentration et capacité de réaction, qu’une personne vieillissante n’a plus forcément à 100% - même si être sénior ne signifie pas "incapacité".

L’étude Ifop-MMA-Reader's Digest indique que les personnes sondées estiment que l'âge moyen idéal pour se rendre en consultation médicale obligatoire s'établit "à 65 ans". Cependant, 58 % des sondés indiquent que l’avis du médecin soit purement consultatif et que le permis de conduire ne soit pas retiré à la personne âgée, contre 42 % des sondés qui souhaitent que cet avis médical soit totalement exécutoire et que le permis de conduire puisse être retiré sur le champ.

La sécurité routière est un enjeu auquel tous les Gouvernements de l’Histoire moderne essayent de trouver les meilleures recettes pour contrer un fléau qui coûte cher en terme humain et financier. La visite médicale pour les personnes âgées existe dans certains pays du monde, mais d’après les résultats, il ne semblerait pas exister une « diminution significative de l'accidentologie auprès des personnes concernées » selon les spécialistes de la sécurité routière.

Les résultats de ce sondage Ifop soulignent que « 83 % des Français se déclarent favorables à ce que les conducteurs révisent le code de la route régulièrement », « 43 % souhaitant que cela se fasse dès l'obtention du permis de conduire », et « 40 % à partir d'un certain âge ». Aussi, « 52% des personnes sondées estiment qu'une révision est nécessaire tous les 5 ans » et « 32 % tous les 10 ans ». Parmi les sondés sur cette visite médicale d’aptitude à la conduite obligatoire, 16 % y voient ici une atteinte à la vie privée.

Infographie © securite-routiere.gouv.fr

Eviter les stigmatisations

Les accidents de la route et les "incivilités" routières trouvent leurs sources chez des conducteurs de tous âges. D’après de nombreux professionnels et spécialistes de sécurité routière, la visite médicale ne serait qu’un moyen complémentaire. Elle ne réglerait pas le coeur de l’affaire, qui se constitue notamment des problèmes majeurs que sont la drogue et d’alcool au volant, ainsi que la vitesse, et le petit nouveau qu’est le Smartphone au volant.

N’oublions pas qu’un sondage comme celui-ci, réalisé sur un échantillon de 1006 personnes, ne peut pas décider de l’avenir de la sécurité routière, mais soulève un point de vue à prendre en compte et éveillera peut-être des consciences quant à leur type de conduite, surtout en période de forte circulation routière (fêtes de fin d’année, vacances scolaires, etc.). Avec un bilan de 62 250 accidents corporels dont 3 563 mortels en 2012 en France, la sécurité routière est un enjeu national à ne pas prendre à la légère, et où tout le monde peut fournir des efforts.

© securite-routiere.gouv.fr

Il est clair que les personnes âgées peuvent se retrouver moins compétentes ou moins réactives face à des obstacles sur les routes. Cependant, quiconque peut être un conducteur à risque, et plus encore lorsque le conducteur est trop sûr de lui et de ses capacités comme certains jeunes conducteurs. Les problèmes de vue ou tout ce qui peut réduire l’adresse au volant sont potentiellement possibles chez les conducteurs de tous âges – un malaise, un obstacle furtif, une erreur de pilotage n’épargnent aucun conducteur. Dès lors, est-ce qu’une visite médicale obligatoire régulière ne sera pas plus légitime pour l’ensemble des conducteurs ?

Sources

Nos partenaires et institutions: