Activité sexuelle : des effets sur les salaires selon une étude

La sexualité et le bien-être peuvent être des éléments qui influent sur la qualité de production d’un individu et sur son niveau de salaires. C’est ce que vient confirmer une étude, publiée en Juillet 2013 et réalisée auprès de 7500 ménages. Cette dernière rapporte qu’il serait plus favorable pour son compte en banque d’avoir une vie sexuelle et affective épanouie.

L’objectif de l’étude était de confirmer précisément si l'effet de l'activité sexuelle sur les salaires d’un individu peut être évaluée, et de découvrir les éventuelles interactions possibles entre les salaires et les comportements sexuels des individus. Résultat surprenant, la fréquence de l’activité sexuelle serait un facteur évident sur le niveau des salaires, quelle que soit l’orientation sexuelle.

Une sexualité épanouie augmenterait les salaires

L'hypothèse centrale derrière cette recherche est que l'activité sexuelle, comme la santé et le bien-être mental, peut être considérée comme faisant partie des traits de production qui affectent les salaires d’une personne. En effet, selon les résultats fournis par l’auteur principal Nick Drydakis (chercheur en économie à l’Université anglaise Anglia Ruskin),  les salariés adultes qui pratiqueraient une activité sexuelle au moins 4 fois par semaine seraient plus enclins à recevoir des salaires estimés à 5% supérieurs aux autres.

Les chercheurs estiment qu'il existe une relation entre la fréquence de l'activité sexuelle et les salaires, essentiellement pour les personnes âgées entre 26 et 50 ans. La monotonie de notre activité sexuelle aurait donc une influence néfaste sur nos rendements, autant pour les relations hétérosexuelles ou homosexuelles, soulignent le chercheur.

A ce jour, différentes conclusions d’études médicales et psychologiques suggèrent que l'activité sexuelle est associée à une bonne santé, un bien-être certain, des capacités mentales d'endurance meilleures, et des habitudes alimentaires positives. La sexualité pourrait donc être perçue comme un indicateur de l’état de santé d’un individu.

Le rendement de l'activité du marché du travail conditionné par notre sexualité ?

Le raisonnement initial de l’étude était que la littérature économique suggère que la santé physique et mentale, ainsi que les caractéristiques de personnalité, sont des facteurs importants qui agissent sur les salaires.

En effet, comme l’indiquait déjà la théorie de Maslow, publiée dans les années cinquante sous la forme d’une « pyramide des besoins », chaque personne naît avec un ensemble de besoins. Le psychologue américain Abraham Maslow a théorisé cinq besoins : les besoins physiologiques, de sécurité, d'appartenance, d'estime de soi, et d'auto-accomplissement ou engagement. Maslow a notamment souligné que les besoins de base comme la nourriture, l'eau et l'activité sexuelle doivent être remplies avant que d'autres motivations ne se produisent. Si les besoins de base ne sont pas satisfaits, les êtres humains ne peuvent pas « fonctionner ». La sexualité est donc un maillon essentiel d'autres besoins successivement influents pour soi et pour l'auto-accomplissement.

Cette nouvelle étude vient donc confirmer les travaux de Maslow, qui affirment que les individus plus heureux et plus épanouis dans leur vie, sont plus productifs et couronnés de succès. Ces récompenses se traduiraient par une hausse des salaires. Celles et ceux qui mettraient les relations sexuelles au placard accuseraient des salaires plus bas de 3% que les individus qui ont une vie sexuellement « éveillée ».

Les gens ont besoin d'aimer et d'être aimé par d’autres, que ce soit sexuellement et non sexuellement. En l'absence de ces éléments, de nombreuses personnes deviennent sensibles à la solitude, à l'anxiété sociale et à la dépression, ce qui déteint leur vie professionnelle en les rendant moins « attractives ».

L'activité sexuelle serait donc un aspect clé de la santé et du bien-être social qui agit sur les individus à travers leur durée de vie. Enfin, l’étude vient renforcer l’idée que l'implication des politiques de santé publique devrait être plus soucieuse de l'éducation sexuelle, pour la santé et le bien-être des populations.

Sources


Les articles similaires :