Blog santé : les dernières actualités santé

Remboursement des médicaments d'aide au sevrage tabagique

La Ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, vient d'exclure un remboursement plus important des médicaments d'aide au sevrage tabagique par l'assurance maladie.

La ministre a estimé que le forfait annuel de 50 euros, créé en 2007, était suffisant et se situait à la hauteur de la place des médicaments dans le sevrage tabagique, lors de la discussion du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2011.

Le triplement du forfait (150 euros) pour les femmes enceintes et les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) a été décidé dans le cadre du Plan cancer en novembre 2009 et sera opérationnel en 2011, a indiqué la ministre.

La ligne de financement du forfait, sur le fonds de prévention de l'assurance maladie (FNPEIS), va être abondée de 3 millions d'euros pour acter ce changement. L'entrée en vigueur de la mesure, envisagée d'abord à l'été 2010, a pris du retard car elle est liée à l'adoption de la convention d'objectifs et de gestion (COG) de l'assurance maladie.

La ministre a tenu à délimiter la place du sevrage tabagique par les médicaments. "Le sevrage ne passe pas que par les médicaments", a-elle déclaré. "Les substituts sont une alternative, pas la panacée. Sur cette question, la solidarité fait un effort déjà conséquent qui consacre leur place, rien que leur place. Je ne souhaite pas aller plus loin".

Elle a rappelé que 60 millions d'euros avaient été consacrés sur trois ans au forfait. Toutefois, les tabacologues et les associations de lutte contre le tabagisme réclament depuis plusieurs années un véritable remboursement des produits d'aide au sevrage.

En attendant, de nombreuses initiatives gratuites se crééent par le biais des NTIC afin d'imaginer des solutions astucieuses pour arrêter de fumer. En effet, un patch virtuel a été crée (voir site http://www.arreterdefumer.eu) afin de contribuer et encourager les personnes arrêtant de fumer. Le principe est simple et utilise les réseaux sociaux dans l'objectif d'être encouragé par son entourage en prévenant ses proches et ses liens via les réseaux, qui soutiennent en encouragent la démarche. Vu le nombre d'heures et les activités actuelles des gens sur l'Internet, ce type d'Application aura sans doute une utilité pour une partie de la population.

 

© APM-Santé & J.B. - PARIS, le 5 novembre 2010


Nos partenaires et institutions: