Hôpital Robert Debré

56 évaluations au total et une note moyenne de :

Score ICALIN: N.C.

48 Boulevard Serrurier - 75000 Paris


Équipements:

  • IRM
  • Scanner

Activités autorisées:

  • Urgences Pédiatriques

Retrouvez sur cette fiche les coordonnées,les indicateurs qualité, le classement aux palmarès ainsi que les avis des patients concernant l'établissement de santé «Hôpital Robert Debré» se situant à Paris.

Si vous représentez cette organisation, vous pouvez modifier ce texte en ouvrant gratuitement votre espace pro.

Les spécialités médicales de cet établissement :

  • Maladies infectieuses
  • Chirurgie de la main
  • Urgences
  • Chirurgie Plastique reconstructrice et esthétique
  • Divers
  • Chirurgie générale et viscérale
  • Dermatologie
  • Cancérologie
  • Pneumologie
  • Ophtalmologie
  • Stomatologie
  • Rhumatologie
  • Néphrologie
  • Gynécologie
  • Hématologie
  • Chirurgie orthopédique
  • Gastro-entérologie
  • Urologie
  • Endocrinologie
  • Psychiatrie
  • Médecine d'urgence
  • Réanimation
  • Cardiologie interventionnelle
  • Neurochirurgie
  • Oto-rhino-laryngologie
  • Neurologie
  • Obstétrique
  • Pédiatrie
  • Cardiologie

Vous souhaitez présenter votre activité ou votre établissement ?

Rejoignez l'espace pro

La communauté prend la parole


  • Quand je lis certains commentaires : j'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même maternité ! Voici mon histoire : Tout d'abord, si vous pouvez éviter :n'y allez pas ! ceci est mon expérience perso : J'arrive lundi 16.09.13 à 00H30 affolée car perte des eaux : une inondation(DPA prévue le 27.09) : on me fait poireauter 1h : , 2 sages femmes m'intiment l'ordre de me calmer : car tension élévée ! Bref, on me remonte dans une chambre à 3H30 du matin (entre temps monitoring). On me redescend en chambre d'urgences et on me met du gel pour accélérer contractions et ouvrir col à 10H30 du matin , j'accouche le lendemain : mardi à 09H57. Entre temps, à partir de 18H : douleurs supportables , jusqu'à 23H : je n'en peux plus, col ouvert à 3-4 ; à 00H on me descend : personne ne veut me poser la péridurale jusqu'à 2H du matin ! Entre temps, je demande le masque (à gaz qui dure moins que le temps d'une contraction!). On me pique une dizaine de fois : on me vide de mon sang en attendant la péri ! Bref, débrouillez-vous pour gérer la douleur, résultat des courses accouchement vers 10H : avec épisio : 3points de souture, "belle cicatrice". Ce que je reproche à Debré : impossible de se reposer : pas plus de 2heures de dodo par nuit, test glucose Bébé toutes les 3heures. Des va et vient incessants jour et nuit ! On me demande de partir dans l'après midi j'insiste pour rester jusqu'au soir : toute la journée , je suis harcelée : vous devez partir ! je suis partie à 19H au lieu de 13 H sans parler des bruits de couloir : "le pb c'est qu'elle reste !" tous les moyens de pression sont bons : la femme de ménage doit passer, on va devoir vous changer de service ! C'est tout juste si on ne m'a pas appelée un taxi le jour de ma sortie d'hôpital ! Quand on accouche de son 1er enfant on n'a besoin d'écoute et d'être rassurées : au lieu de ça : les SF vous laissent faire et font des reproches ensuite ! Les Sages femmes de nuit et le w-end sont débordées : elles vous laissent sonner en vain: mon bébé n'arrivait pas à dormir : on s'en fout , on peut pas vous aider ! je suis même tombée sur une sage femme antillaise qui en comptant les couches a vu qu'il en manquait une, elle me dit 'vous avez gâché une couche !" elle a enlevé le surplus de couches , bravo, on lui donnera une médaille ! elle m'a fait culpabiliser :"vous avez rendu malade votre fils qui a des coliques, vous lui avez trop donné à manger !" .Au final : même si on m'a jeté dehors, j'étais soulagée de partir car au bord de la crise de nerfs ! J'aurais dû me fier aux commentaires laissés sur le net : usine à bébé, le côté médical prime sur le côté humain : le personnel est expéditif, déshumanisé, froid à part qques sages femmes qui sont jeunes et pas encore blasées : il n'ya pas gd monde à qui se raccrocher ! Autre chose : j'ai eu tellement de touchers du col avant et après accouchement que ça en devenait douloureux ! J'ai signalé tout ça sur le questionnaire de satisfaction !

    Note Sonia:

    56 évaluations au total et une note moyenne :

  • Je suis venu à cause d'une bronchiolite qui a du mal à guérir (15 jours à après avoir été averti par la crêche ou reste mon fils et aussi une roséole. Une file d' attente interminable (on me précise 6 heure d' attente), j' attends deux heures trois heures, de voir l' infirmier et je pars. On me reproche par dessus le marché d' être parti donner à manger à mon fils. Au moment de partir j'en avertis l' infirmière et explique les raisons celle se contente juste de me préciser que pendant mon absence il se peut qu'on fasse passer mon tour et ne propose rien pour mon fils alors que j'ai un droit à un supplément alimentaire. Je reviens après avoir donné à manger mon fils et c'est tout une affaire pour me faire réinscrire. Je finis par voir un médecin, premier médecin qui ausculte mon fils. Celui ci n'est pas sûr du diagnostic pour la roséole, et amène un deuxième médecin pas du tout avenant, qui après avoir vu les boutons de mon fils et constatait qu'il était malade me demande d'un ton totalement déplacé ce que je fais à l' hôpital, que mon fils va bien, alors que son dos est couvert de boutons. Je lui explique les raisons pour la énième fois de ma venue. Et demande s'il est possible de me prescrire des séances chez le kiné pour enrayer la bronchiolite. Elle me demande l' hôpital et pas le médecin généraliste, je réponds que j'ai un problème avec l' attestation de la sécurité sociale que je ne reçois pas et que j'avais pas envie de faire ausculter mon fils cinq jours après et attendre que son état empire. Celui ci remet son stestoscope et diagnostique un début d'asthme et décide me faire attendre une heure et demi de plus pour lui faire un traitement asthmatique. On me met dans une salle, et la pour le protocole, pendant trois quart d' heure de plus, il faut regarder les battements du cœur de mon fils et son oxygénation alors que ça était fait quelques minutes auparavant. La personne savait à ce moment la que j'étais fatigué d' avoir attendu et que j'en avais ras le bol mais on insiste sur le protocole. Mon fils ne supporte pas le masque et pleure beaucoup, en essayant trois fois, c'est pareil. Je peux pas tenir mon fils qui est lui aussi stressé et énervé, et j' avertis quelqu'un.. On essaye de remettre mon fils mais ça marche pas. Il enlève le masque ect. Ensuite j'ai du demander de partir, je demande quand même une prescription auprès d'un kiné. On me demande de signer une décharge que je signe pour 'refus de soins' en me disant cette fois ci que si je dois appeler les pompiers dans la nuit , l' hôpital ne sera pas responsable, et on me fait patiente encore pour une prescription. Je patiente et un énième médecin arrive pour écouter mon fils et me dire que tout va bien, je peux rentrer chez moi sans prescription. La surveillant entretemps me fait des leçons sur le fait que j'ai refusé les masques et fait des rapports déplacés sur l' éducation de mon fils, en faisant des réflexions comme quoi si je refuse le masque, plus tard 's'il vous met un poing sur la gueule, il vaudrait mieux lui donner bonne éducation avant'. Voila, le niveau du personnel de l' hôpital rené debrés. A vous de vous en faire une avis.

    Note :

    56 évaluations au total et une note moyenne :

  • accueil téléphonique désagréable limite on est harcelé par la personne qui on dirait en a marre de son travaille sinon le reste impeccable

    Note :

    56 évaluations au total et une note moyenne :

  • Note :

    56 évaluations au total et une note moyenne :

Vous souhaitez nous donner un avis sur un établissement ?

Autres établissements à proximité de Paris

Voir tous les établissement à Paris

* Ce numéro de mise en relation valable 4 minutes n\'est pas le numéro du destinataire mais celui d\'un service de mise en relation avec celui-ci. Ce service est édité par le-guide-sante.org. Pourquoi ce numéro ?


Nos partenaires et institutions: