Centre Hospitalier Boulloche Montbéliard HNFC

19 évaluations au total et une note moyenne de :

Score ICALIN: N.C.

2 rue Docteur Flamand - 25200 Montbéliard


Équipements:

  • IRM
  • Scanner
  • Scintigraphie
  • Pet Scan

Activités autorisées:

  • Urgences Générales

Retrouvez sur cette fiche les coordonnées,les indicateurs qualité, le classement aux palmarès ainsi que les avis des patients concernant l'établissement de santé «Centre Hospitalier Boulloche Montbéliard HNFC» se situant à Montbéliard.

Si vous représentez cette organisation, vous pouvez modifier ce texte en ouvrant gratuitement votre espace pro.

Les spécialités médicales de cet établissement :

    . Psychiatrie

    . Cardiologie interventionnelle

    . Chirurgie de la main

    . Chirurgie générale et viscérale

    . Chirurgie orthopédique

    . Chirurgie vasculaire

    . Gastro-entérologie

    . Gynécologie

    . Neurochirurgie

    . Neurologie

    . Ophtalmologie

    . Oto-rhino-laryngologie

    . Urologie

    . Urgences

    . Pneumologie

    . Maladies infectieuses

    . Hématologie

    . Cancérologie

    . Pédiatrie

    . Dermatologie

    . Endocrinologie

    . Douleur chronique

    . Soins palliatifs

    . Néphrologie

    . Rhumatologie

    . Stomatologie

    . Divers

    . Chirurgie Plastique reconstructrice et esthétique

    . Médecine d'urgence

    . Radiothérapie

    . Réanimation

    . Obstétrique

    . Cardiologie

Vous souhaitez présenter votre activité ou votre établissement ?

Rejoignez l'espace pro

Intervenants

La communauté prend la parole


  • C'est bien dommage qu'on ne puisse pas mettre zéro ! Surtout pour l'information donné aux proches et encore plus aux malades. Quand a la prise en charge, n'en parlons pas, c'est pitoyable, surtout quand ils se trompe de patient pour des exam ! Pour accoucher c'est bien peut-être, mais c'est tout.

    Note :

    19 évaluations au total et une note moyenne :

  • Lettre Ouverte Au Service Pneumologie. Hôpital de Montbéliard. Vous avez reçu ma mère, dans votre service durant près de 2 mois décembre 2011 et janvier 2012. Jamais je ne m'étais senti personnellement si médiocre, si impuissant, si peu humain, si peu considéré que durant cette triste période. Vous avez balayé, vous et une partie des membres de votre service, toutes les illusions que je me faisais sur les médecins et les infirmières en général ; même peut être plus encore pour un dégout de la vie. Pour tout ça, j'ai du ressentiment. Du ressentiment à un point que vous ne sauriez imaginer. N'étant pas débile profond, je sais que cette lettre ne touchera personne même pas un peu. Mais cette saleté, cette pourriture que je ressens, je devais vous en faire part. Sa mère a-t-elle été maltraitée vous demandez-vous ? Non pas vraiment directement ! Mais l'avez-vous considérée comme une personne ? Non Monsieur le docteur, mais comme un vieux machin devenu inutile. Jamais dans le couloir ou nous vous rencontrions Monsieur le docteur, vous n'avez eu un regard, une parole, un bonjour chaleureux. Je me rappelle en particulier une fois ou nous étions, ma mère, sa petite fille et son mari et moi-même dans l'entrée de votre service et ou, par 6 fois vous êtes passé devant nous à quelques centimètres sans le moindre regard pour une vielle femme de 85 ans. Pour cela, J'ai honte d'avoir été contraint d'avoir dû un jour, vous adresser la parole, vous serrer la main Monsieur le docteur. Le jour prévu pour sa sortie, fût le sommet de l'horreur, du peu de cas que vous faite de vos patients. Une infirmière nous téléphone pour nous dire que notre mère sortait le lendemain. Qu'elle voulait savoir si nous venions la chercher ou dans le cas contraire, qu'elle nous commanderait généreusement une ambulance. Je me suis étouffé de colère et de hargne pour finalement lui raccrocher au nez. Dans l'après-midi, ou là, il a bien fallu nous donner quelques explications, nous avons appris que rien médicalement parlant n'était prévu : pas de lit médicalisé, pas de chaise percée, pas d'infirmière... Vous avez Monsieur le docteur été dans l'obligation de nous griffonner une ordonnance de dernière minute et annuler la sortie. Puis nous avons étés « gourmandé » par la surveillante générale du service. Une caricature de surveillante générale, comme dans les collèges ou les lycées ou tous les gamins tremblent devant elle. Une surveillante générale sûr d'elle, sûr de son utilité... Qui se contredisait d'une phrase à l'autre avec un oeil goguenard qui m'a permis de lui demander de ne pas se moquer de moi sans avoir le moindre sentiment d'avoir été vulgaire vis-à-vis de cette femme qui ne mérite pas d'avoir le moindre rapport avec un humain. Celle-ci a même osé nous faire croire que lit médicalisé et autres fournitures du genre faisaient partie de l'ordonnance de sortie « bien sûr un lit médical se livre et s'installe en 10 minutes pendant que le malade est dans l'ambulance ! Je vais pourtant vous demander une faveur. Oh bien simple pour vous à m'accorder. Lorsque ma mère devra de nouveau être hospitalisée dans les semaines ou les mois qui viennent : vous seriez très aimable, de la refuser dans votre service. Elle trouvera sa place partout ailleurs. Aujourd'hui, par manque de soins (kiné et repas), elle est toujours dans un lit médical incapable de se suffire à elle-même. Pascal CUENIN. Quelques petites histoires de maltraitances ou de faits s'en approchant furieusement Provenant toutes du service pneumologie de votre hôpital (site de Montbéliard) et recueillies sur quelques jours seulement. Dans l'après-midi du dimanche 11 décembre 2010 dans le service Pneumologie de l'hôpital de Montbéliard. Une infirmière incompétente ou beaucoup Plus grave, sans aucune motivation Pour son travail et pour les patients sous sa responsabilité. Appelée au chevet d'une dame qui était très confuse. A été Incapable de dire si cette dame avait pris à midi son médoc qui Peut occasionner un tel comportement (confusion mentale). Incapable de vérifier par 2 ou 3 simples gestes si la patiente n'avait pas fait un AVC. Il a fallu que Je le fasse moi-même. Elle s'est contentée de me dire qu'elle N'était pas médecin et de prendre Rendez-vous au secrétariat du médecin de service le lundi. J'ai du Retenir une personne qui m'accompagnait pour ne pas qu'il la gifle. Un Autre patient de ma connaissance dans le même service et ce même week-end n'a pas Reçu les traitements adaptés à son état. Ayant pour résultat Plus de 4g de diabète, pas de traitement antihypertenseur depuis Le vendredi après-midi. Autre histoire, Une dame affolée courait dans le couloir à la recherche d'une Infirmière pour signaler que son papa n'allait pas bien, il avait de grosses taches noires Devant les yeux. Une infirmière nonchalante et sans chercher à rassurer cette pauvre femme, Lui dit simplement qu'elle finissait son travail dans la chambre et qu'elle passerait !

    Note :

    19 évaluations au total et une note moyenne :

  • Un hôpital qui ne sert plus à rien. Le conserver pourrait très rapidement devenir dangereux pour les habitants du nord Franche-Comté. C’est déjà le cas dans certains services notamment en pneumologie. Ma mère y a séjourné près de 2 mois entre décembre 2011 et janvier 2012, une véritable horreur! Pour tout ce qui est hors urgences, direction Besançon vos proches ne vont pas aimer les trajets, vous aurez peut-être moins de visite, mais vous y gagnerez en qualité de soins et c’est le principal non?

    Note :

    19 évaluations au total et une note moyenne :

  • pas eu acces à une chambre particulière malgré un demande effectuée depuis fort longtemps peu d'explications,peu de réponses aux questions, beaucoup d'attente

    Note :

    19 évaluations au total et une note moyenne :

Vous souhaitez nous donner un avis sur un établissement ?

* Ce numéro de mise en relation valable 4 minutes n\'est pas le numéro du destinataire mais celui d\'un service de mise en relation avec celui-ci. Ce service est édité par le-guide-sante.org. Pourquoi ce numéro ?


Nos partenaires et institutions: